La Presse, 21 août 2005 - Mononc' Serge

 

 

Arts et spectacles, dimanche 21 août 2005, p. 10

Rééditions:
Mononc' Serge
1997, année pathétique?

Blais, Marie-Christine

En 97, tout n'était pas beau, ce n'était pas l'année de l'amour, ce n'était pas l'année de l'Expo. C'était l'année du chef conservateur Preston Manning (Preston qui?), de la mort de Lady Di et de l'emballement national pour un certain... Jacques Villeneuve. 69, année érotique, chantait Serge Gainsbourg; 97, année pathétique, chante l'autre Serge, c'est-à-dire Mononc' Serge, qui vient de rééditer son tout premier CD, Mononc' Serge chante 97.

" Début juin 1997, explique Mononc' Serge, je faisais chaque semaine une chanson sur l'actualité, à la demande d'André Major, qui animait l'émission matinale Les Pyjamas à la station de radio communautaire CIBL, à Montréal. André m'avait invité en avril à son émission et m'avait alors proposé d'y tenir une chronique. À l'époque, je me cherchais un contrat de disques pour mes chansons (NDLR: Mononc' Serge avait quitté le groupe Les Colocs en 1995), mais on me disait que mon personnage pourrait intéresser s'il faisait plus que seulement de la chanson, par exemple de la radio ou de la télé. Comment faire de la radio et de la musique? C'est là que j'ai proposé à André de faire une chanson par semaine, à titre de chronique. C'était tout un contrat pour moi: dans le temps, j'écrivais à peine quatre ou cinq tounes par année! "

Or, c'est grâce à ce contrat que Serge Robert va vraiment peaufiner son personnage de Mononc' Serge, d'électron libre de la chanson, de contrebassiste fou, de gars qui tire sur tout ce qui bouge et qui stagne, de railleur de l'engouement des médias pour tout et n'importe quoi... surtout n'importe quoi.

En novembre 1997, Serge réécoute les chansons faites pour l'émission, corrige un peu les enregistrements, coupe un peu ici et là, et lance l'album Mononc' Serge chante 97 avec des chansons vitrioliques telles I Love Preston, Céline (Dion, bien sûr), Le Pont de la confédération (qui traite du destin de la patate de l'Île-du-Prince-Édouard...), Jacques Villeneuve ou Terreur à Saint-Rémi!

" J'étais tombé sur les informations à TQS qui faisait un gros " chiard " sur une tempête de vent à Saint-Rémi-de-Napierville- il n'y avait pas matière à nouvelle pantoute, et pourtant ça faisait les nouvelles! "

La réédition est un brin supérieure à l'album original. Elle compte en effet deux pièces absentes du premier, soit Le Rigatoni des Hells (sur la cohabitation difficile entre Hells et Rock Machine en prison...) et une pièce cachée, Aviateur, moins collée à l'actualité, mais qui est néanmoins la toute première chanson composée par Mononc' pour CIBL.

Pourquoi ressortir le CD? " Parce qu'il y a une demande, répond l'impénitent Mononc'. Depuis l'Académie du massacre (NDLR: Mononc' Serge s'est associé pendant deux ans avec le groupe métal Anonymus pour un disque, des dizaines de spectacles et... un certain succès!), j'ai ce qu'il faut bien appeler un nouveau public, qui sait que l'album existe parce que j'en parle sur mon site Internet (www.mononc.com, extrêmement bien fait et mis à jour par Serge lui-même) et qui le demandait. Alors, je l'ai réécouté, j'ai apporté de légères corrections (des fautes dans le texte anglais de I Love Preston, un refrain mieux tourné dans Jacques Villeneuve, un contresens dans Céline...). "

Les amateurs de l'iconoclaste Mononc' Serge se réjouiront de la nouvelle. Comme ils se réjouiront d'apprendre que le DVD du dernier spectacle de L'Académie du massacre, avec Mononc' Serge et Anonymus au Métropolis, sortira en octobre, qu'un nouvel album solo de Serge est prévu pour l'hiver et que l'égrillard chansonnier-contrebassiste se produira demain, à 20 h, au café Chaos (2031, rue Saint-Denis) pour souligner le 10e anniversaire de ce bar-coopérative. L'infâme Mononc' sera accompagné pour l'occasion par son nouveau trio de musiciens, baptisé... le Sarge Jazz Band!