Hitler Robert

 

Les granolas font chier
Avec leur macramé
Leurs grands vêtements fleuris
Et leur air abruti
Et comme s’ils n’étaient pas
Assez nombreux ici-bas
Font des enfants à qui ils donnent des noms de granolas
Soleil Laflamme, Pluie Gauthier
Marie-Québec Morissette, Arbre Laforêt, Humus Langevin
Ce sont des noms ridicules qui font chier

Pour faire contrepoids
À ces noms granolas
Moé si j’ai un enfant
Je lui donnerai un nom méchant
Moé si j’ai un fils je l’appellerai pas Fabrice ni Patrice
Je vais le nommer Hitler Robert

Si les granolas peuvent donner aux leurs des noms de fleurs
Et le vétérinaire donner aux siens des noms de chiens
Si les communistes peuvent donner des noms communs aux leurs
Moé qui suis heavy, si j’en ai, j’appellerai mon premier Hitler
C’est mon droit de parent
Fuck you si vous êtes pas contents

Hitler Robert

Mon exemple ne manquera sûrement pas de faire boule de neige
Si bien que dans quelques années dans tous les collèges
Quand le professeur va prendre les présences
Ça ne sera pas rare qu’on entende :

« Pinochet Robitaille?
- Présent.
- Pol Pot Massicote?
- Présent.
- Staline Nguyen?
- Présent.
- Saddam Lapalme?
- Présent.
- Hitler Robert? …Hitler Robert? …Hitler Robert? »

Hitler Robert a foxé
Il s’est encore défilé
Malgré toutes les remontrances
Il multiplie les absences
Au lieu d’aller à l’école
Comme les autres petits mongols
Il joue aux jeux vidéo
Il vole des revues pornos
Il va fumer en cachette
Met d’la marde d’ins boîtes à lettres
Il va péter les tires
De l’auto du directeur
Malgré tous les coups de strap
Il ne change pas de cap
Il s’entête dans sa dérape
Impossible qu’on le réchappe
Il est nul, il est nul, il est nul, oui, oui

Hitler Robert

Paroles et musique: Serge Robert
©2006 Serge Robert

Extrait de l'album Serge blanc d'Amérique